Dispenser des formations certifiantes est devenu un enjeu fort pour les organismes de formation, en particulier pour mobiliser les fonds publics et mutualisés, dont le CPF. La certification professionnelle est un actif stratégique pour les organismes de formation amenés à faire évoluer leur modèle économique et répondre aux besoins du marché du travail et aux obligations légales de la formation professionnelle.

– Reconnaissance du dispositif de formation sur le territoire national et du niveau professionnel de la certification comme réponse aux besoins du marché du travail

– Eligibilité aux financement publics et partiaires (notamment le CPF)

– Grace aux partenariats, un axe stratégique de croissance, par un déploiement élargi et un gain de notoriété national voire international

– Visibilité accrue auprès de l’écosystème de l’emploi et de la formation (prescripteurs, financeurs…) et du grand public

Proposer des formations certifiantes, c’est-à-dire débouchant sur des certifications enregistrées aux répertoires nationaux, RS ou RNCP, par France compétences n’est pas chose aisée !

Face aux exigences durcies d’enregistrement des certifications et à la régulation renforcée de France Compétences, nombreux sont ceux qui optent pour un adossement à un certificateur pour bénéficier de sa certification.

France Compétences a annoncé en Février 2022 que plus de 170 000 habilitations étaient déclarées pour des certifications actives, une tendance en forte croissance par rapport à janvier 2021 où étaient recensées 42 000 habilitations. Face à la baisse du nombre de certification, l’adossement à un certificateur semble être une alternative de plus en plus prisée.

Les deux types de réseaux :

🔸En réseau de co-certificateurs, c’est-à-dire des organismes également propriétaires de la certification et ayant chacun le droit de délivrance de la certification

🔸Et/ou en réseau de partenaires habilités par le certificateur pour préparer et/ou évaluer les compétences de la certification professionnelle, mais seul le certificateur peut délivrer la certification. Les partenaires peuvent être habiliter à former et/ou à évaluer.

A noter : L’habilitation partenariale pour certains blocs de compétences d’une certification RNCP est possible et ce pour différentes voies d’accès (formation continue, apprentissage…).

    Vers une professionnalisation du certificateur…

    La fonction de certificateur se professionnalise, tant pour l’enregistrement de sa certification que pour la gestion de sa certification pendant toute la durée d’enregistrement, mais aussi pour la gestion de son réseau. Il doit animer, piloter et contrôler ses partenariats (sélection des partenaires, conventionnement, suivi, audit…) afin de veiller à :

    – l’adéquation des formations (contenu, durée, …) avec la finalité de la certification

    – l’homogénéité du fonctionnement de son réseau

    – au respect des engagements pris avec France compétences pour l’enregistrement de sa certification

    – à la clarté et la transparence des informations diffusées par leur(s) partenaire(s) via leur site internet, leurs réseaux sociaux, le site mon compte formation, les sites des Carif-Oref…

    – le suivi des promotions et le recueil des informations sur les titulaires, notamment pour l’accrochage sur le système informatique lié au CPF.

    Fonctionnement d’un partenariat :

    Les règles de partenariat pour les certificateurs sont définies et structurées autour des attendus de France Compétences en matière d’harmonisation des pratiques au sein des réseaux et sur les process de contrôles par les certificateurs. Pour en savoir plus, consultez la note relative à la qualité d’organisme certificateur publiée en 2020 📑.

    🔸 Obligations du certificateur :

    – Concevoir et formaliser une procédure d’habilitation des partenaires au travers d’une convention de partenariat, enrichie d’un cahier des charges.

    – Professionnaliser les partenaires sur les attenus de la certification, le processus de certification et les documents à exploiter

    – Concevoir et mettre en œuvre une procédure de contrôle de la communication diffusée par les partenaires habilités, des sessions de certification réalisées par les partenaires (respect de l’organisation des épreuves, mise en œuvre de la VAE, éléments preuves de la réalisation, traitement des anomalies…)

    – En cas d’habilitation uniquement sur la préparation à la certification, le certificateur doit organiser le jury et les épreuves de certification

    – Assurer la délivrance de la certification dans des délais raisonnables, tels qu’édictés dans le référentiel de certification.

    – Assurer l’amélioration continue du dispositif, en particulier au travers d’un conseil de perfectionnement

    – Préparer le renouvellement de la certification, notamment par le recueil des informations de suivi des cohortes (voie d’accès, taux de réponse, taux d’insertion, salaires…) pour les certifications RNCP, le recueil de la valeur d’usage pour les certifications RS, puis par une veille continue des besoins du marché du travail pour prendre en compte l’évolution des compétences et des métiers.

    – Procéder à la communication des informations relatives aux titulaires des certifications au système d’information du compte personnel de formation.

    – Communiquer à France compétences au minimum tous les deux ans les données statistiques portant sur l’insertion professionnelle des titulaires des certifications professionnelles enregistrées au RNCP.

     

    A noter : La recevabilité des demandes d’enregistrement d’une certification au RNCP repose notamment sur l’analyse du devenir professionnel des certifiés d’au moins deux cohortes (à 6 mois, et à 2 ans) et s’apprécie sur l’ensemble du groupement. Lors d’un premier enregistrement, chaque co-certificateur n’a pas nécessairement l’obligation de justifier de ces informations. Pour le renouvellement, en revanche, c’est incontournable.

    🔸 Obligations du partenaire :

    – Respecter les conditions d’habilitations « à former et/ou à évaluer » de la convention de partenariat et le cahier des charges contractualisés avec le certificateur,

    – Mettre en œuvre un dispositif de formation permettant de répondre à la finalité de la certification et d’optimiser les chances de réussite des candidats, en couvrant l’ensemble des compétences attendues dans le référentiel de la certification.

    – Transmettre au certificateur les informations nécessaires au suivi des sessions de certification, y compris les dysfonctionnements, ainsi que les documents de traçabilité prouvant la conformité de la mise en œuvre des processus de certification.

    – Transmettre au certificateur les informations sur le devenir des titulaires de la certification

    – Honorer les redevances selon termes contractualisés dans la convention de partenariat

    Les questions suivantes vous viennent à l’esprit :

    Comment créer une certification et demander son enregistrement auprès de France compétences ?

    Quelle stratégie de réseaux choisir : co-certifcateurs et/ou partenariat

    Comment conventionner avec vos co-certificateurs et/ou vos partenaires ?

    Quelles modalités mettre en œuvre pour piloter et contrôler votre réseau ?

    Comment optimiser le suivi des cohortes des certifiés RNCP ?

    Formités vous accompagne pas à pas

    Réservez votre rdv gratuit de 30 minutes : 🔴